Full Power Potentiel©

Free Access Education : http://www.mindapzz.com/MA58418

The Prosperity Factor

Livre Best-Seller The Prosperity Factor de Joe Vitale & Murielle Bocquin. Maintenant disponible sur www.muriellebocquin.com!

Après la publication de son premier livre « Lettre à ma fille Jennifer » aux Editions Edilivre, Murielle Bocquin est co-auteur du livre « The Prosperity Factor », en langue anglaise, fruit de sa collaboration avec l’auteur de best-sellers et star internationale, Joe Vitale!

The Prosperity Factor

Reconnectez-vous à l'Amour, l'Abondance et la Prospérité!

Changer de vie : comment la vie m’a feintée !

Temps de lecture : 15 minutes

Bien-etre_changer_de_vieCrédits photo : Agharass

Cher lecteur et chère lectrice,

Je suis en train de franchir une nouvelle étape dans ma vie et mon blog du potentiel humain prend une nouvelle saveur, celle du voyage et gagne une catégorie, celle du « changer de vie ». C’est ce que je vis depuis quelques jours et je vous le partage à titre d’expérimentation.

Pourquoi ? Parce qu’au vu des réactions de parfaits inconnus que je rencontre, au féminin comme au masculin, et avec lesquels j’en parle, l’admiration et l’enthousiasme sont présents. Et les verres renversés sous le coup de l’émotion aussi. Deux déjà ! Je vous raconte tout cela. C’est parti, après vous…

Changer de vie : ça sort d’où ?

Pas d’un chapeau de magicien, c’est certain. Justement mercredi et jeudi derniers, je côtoyais une collègue de travail qui à la pause faisait un tour de magie avec des cartes. En fait, à la réflexion, changer de vie est à la fois un tour de magie dans les yeux des personnes avec qui vous en parlez et l’opposé en ce qui vous concerne.

Changer de vie ne se fait pas sur un claquement de doigt. C’est un parcours ou un chemin de vie qui vous y amène. Car il est nécessaire d’être en capacité de gérer votre changement de style de vie une fois la décision prise. Le chemin à parcourir, c’est pour parvenir à prendre la décision justement. Après, cela peut aller très vite car vous êtes comme libéré d’un fardeau.

Voyons un peu comment cela s’est passé dans mon cas et en quoi la vie m’a feintée. Je pense souvent que la vie est rusée voire finaude car elle fait appel à des trésors de ressources pour vous faire aller là où vous serez le mieux et ce malgré vous.

Au fait, changer de vie…mais de quel changement parlons-nous ?

Pour ma part, je suis issue comme l’écrasante majorité des personnes sur notre planète Terre, du style de vie du salariat. Je le tiens de mon éducation parentale et familiale ainsi que de mon éducation scolaire.

Ces deux systèmes d’éducation sont certainement les vôtres aussi. Il est difficile d’y échapper car nous vivons dans une société dites de consommation. Les systèmes d’éducation parentale et scolaire vous amènent tout droit vers le système du salariat et vous y maintiennent généralement toute votre vie.

Le salariat, c’est échanger votre temps contre de l’argent. C’est travailler pour un autre et obtenir un salaire en fin de mois en échange. Le nombre d’heures est actuellement fixé à 40h mais pour certains d’entre vous, cela peut être beaucoup plus. Je vous laisse vous pencher sur le nombre d’heures que vous passez à votre travail ou dans les transports voire à travailler chez vous vos dossiers.

C’est ce système du salariat, ce style de vie, que je quitte car j’ai décidé de m’en libérer. Pour cela, j’ai posé en avril dernier ma démission à mon employeur. Elle fut acceptée avec un délai d’exécution de quatre mois. Aujourd’hui, nous sommes le premier septembre et c’est effectif, je n’ai plus d’emploi rémunéré. Je suis sortie du système du salariat.

Pour aller où, allez-vous me dire ? Justement, il est important de ne pas mettre la charrue avant les bœufs. S’octroyer le temps de la réflexion et de l’adaptation s’avère utile.

Penchons-nous plutôt sur comment cela s’est opéré dans mon cas. Sur comment j’en suis arrivée où j’en suis aujourd’hui, au moment même où je rédige cet article pour vous depuis Casablanca au Maroc, première étape de mon voyage de 8 mois.

A quoi ressemble un point de départ pour changer de vie ?

Excellente question !

En fait, dans mon cas, je me rends compte que le point de départ se situe en 2009 quand j’ai décidé de faire une reconversion professionnelle. J’étais alors militaire depuis 20 ans et contre toute attente, j’ai choisi une voie particulière, celle de la loi 4139-2 qui permet sous certaines conditions d’être placé en position de retraite partielle à jouissance immédiate et de basculer dans la fonction publique.

Autant vous dire qu’à ce moment-là, je n’avais aucune idée de ce qui allait se produire 6 ans plus tard. Ce n’est qu’avec le recul que je fais les liens et que je constate le chemin parcouru.

Ce qui à l’époque m’apparaissait comme une excellente affaire, c’est-à-dire augmenter mes revenus de 50% d’un coup de baguette magique, grâce à une retraite partielle versée mensuellement et le cumul avec un salaire dans la fonction publique territoriale, mon nouvel employeur.

A aucun moment, je n’ai vu l’opportunité d’aller prendre une retraite bien méritée à 39 ans dans un pays où le coût de la vie est plus faible comme la Maroc ou l’Inde. Et de ne plus travailler si j’en avais envie !

Comment aurais-je pu ? J’appartenais corps et âme au système du salariat. Retraite partielle ou pas, je devais avoir un salaire qui tombe à la fin du mois. C’était la normalité du moment selon mes références.

Et pourtant, le point de départ est bien en 2009 avec ma reconversion professionnelle volontaire. La vie a tenté de me faire passer un message mais je n’avais pas le niveau de conscience requis pour le percevoir.

Et c’est là où la vie est magique. Cela a pris le temps nécessaire mais la vie m’a amenée jusqu’au jour où j’ai décidé de démissionner du salariat. C’était le 26 mars 2015 à Londres à l’UPW d’Anthony Robbins. Et j’ai marché sur des braises ardentes à 800°C pour parvenir à la prendre. Enfin, au final, c’est pour le cerveau que c’est le plus dur !

jmlpyt_bien-etreCrédits photo : Jmlpyt

Quel a été mon parcours depuis 5 ans pour changer de vie ?

Car il s’agit bien d’un parcours. Et la vie met en œuvre des trésors de ressources pour vous concocter un chemin qui vous amène là où c’est le mieux pour vous. Pas forcément le plus facile mais au mieux pour vous.

Une fois ma reconversion professionnelle militaire effectuée en 2009 et mon changement de style avorté puisque je n’étais pas prête à quitter le salariat pour profiter de ma retraite partielle, j’ai cherché et trouvé un poste dans une collectivité territoriale en Bretagne.

Tout se passe bien jusqu’à ce que 18 mois plus tard, je ressente le besoin de prendre du recul par rapport à ma spécialité informatique. Je demande un détachement outremer à ma direction qui l’accepte.

Me voilà après deux ans de présence en Bretagne partie en Guyane et je suis hors de ma spécialité informatique. J’en ai fait le tour en 20 ans. La Guyane va m’apporter bien plus que du dépaysement. Elle m’offre la satisfaction de m’éclater dans le foncier agricole guyanais que je découvre. Et elle m’apporte une prise de conscience salutaire.

En effet, j’y trouve mon maître, le climat équatorial. Et un jour, trop épuisée pour aller faire mon footing, je m’allonge par terre et je découvre que je suis relaxée. Une première qui m’ouvre grandes les portes du bien-être, du développement personnel et du potentiel humain. Une autre dimension, un autre niveau de conscience.

Mon séjour de trois ans se termine. Je rentre en 2014 dans ma collectivité territoriale d’origine. Je suis transformée par mes nouvelles passions. Je fais des actions de plus en plus motivantes comme assister à des séminaires de développement personnel. Notamment avec David Laroche et Anthony Robbins.

Résultat : la vie m’amène à ce 26 mars 2015 où je réalise l’impensable, pour moi et surtout mon cerveau : marcher sur des braises ardentes. Je ne remercierai jamais assez la vie de m’avoir fait connaître Anthony Robbins et son UPW. Tony Robbins vous prépare à marcher sur les braises, et contre toute attente, vous le faites.

Une fois que vous avez marché sur des braises à 800°C, vous n’êtes plus le même, vous avez évolué. C’est à ce moment que j’ai pris la décision de démissionner de mon emploi et au-delà du système du salariat. C’est à ce moment que j’étais prête pour le faire.

Changer de vie : un coup de tête ?

Comme vous l’avez constaté, changer de vie ne se décide pas sur un coup de tête mais est l’aboutissement d’un parcours. Un parcours qui pour ma part m’a préparé à prendre cette décision et surtout à la mettre en œuvre.

Il est possible de changer de vie sur un coup de tête. Bien sûr, tout est possible. Par contre, cela vous mènera où, si vous n’êtes pas prêts ? Décider est une chose, faire en est une autre. Cela demande des compétences particulières que j’ai acquises depuis la découverte de mes passions pour le développement personnel, le bien-être et le potentiel humain. Parce que je fais des recherches dans les livres, j’assiste à des formations et à des séminaires et que j’expérimente mes acquis. Je fais de mes apprentissages des expériences de vie.

Changer de vie : comment la vie m’a feintée…

A deux jours de changer de vie, la semaine dernière alors que l’échéance arrivait à grand pas, j’ai eu le sentiment que la vie était bien plus maline que moi. J’ai ressenti qu’il se passait quelque chose de plus grand que ce que je croyais vivre.

En fait, pendant trois ans, j’ai vécu deux vies professionnelles en quinconce. Celle que je consacrais à mon employeur et celle que je consacrais à mes passions. Mes journées étaient partagées entre les 8 heures de travail pour la fonction publique et tous les moments de temps libre que je consacrais à la lecture sur le développement personnel, à me former et à aller en séminaire.

Avec le recul et maintenant que je suis sortie du salariat, je me demande comment j’ai pu faire pour cumuler autant d’heures de travail sans y laisser ma santé. J’ai géré tout cela d’une main de maître. C’est une façon de voir les choses. L’autre, c’est que la vie s’est nous porter quand il le faut.

Le but de la vie à mon égard était de me faire prendre conscience que depuis 5 ans, je suis retraitée. Certes jeune retraitée mais retraitée quand même et que si l’envie m’en avais pris, j’aurais pu m’installer il y a 5 ans en Thaïlande par exemple où le coût de la vie est bien moindre pour y profiter de ma retraite.

Sauf qu’il me fallait atteindre une limite haute en termes de temps de travail. Une limite atteinte qui me pousse à faire un choix. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé. A un moment donné, le travail réalisé dans le cadre de mes passions a pris le pas dans mon esprit sur le travail consacré à mon employeur. Je me suis dit que je ne pouvais plus continuer ainsi à cumuler deux vies professionnelles, même si l’une n’était pas basée sur l’obtention d’un salaire mais uniquement sur mes passions.

Et j’ai fait un choix. Celui de me libérer 40h par semaine. C’était devenu une évidence. Et il était évident pour moi aussi de créer de nouvelles sources de revenus à partir de mes passions. Pour remplacer mon ancien salaire. Et c’est là que je n’en suis plus certaine du tout. Je sens depuis que j’ai entamé mon voyage de 8 mois, que ma quête de bien-être est ailleurs.

La vie m’a amenée là où c’est le mieux pour moi. Etre une jeune retraitée active sans obligation de travailler, au sens d’être rémunérée. L’étape pour moi maintenant est de veiller à mon équilibre dans mon nouveau style de vie. Et aussi d’apprendre et d’expérimenter à vivre avec mon nouveau niveau de revenu, l’ancien amputé de deux tiers. C’est ce que je fais pendant mes 8 mois de voyage d’ailleurs. Puis dans un troisième temps, d’apprendre et d’expérimenter à travailler pour le plaisir dans le domaine de mes passions.

Ce que vous devez retenir

La vie m’a feintée car elle m’a amenée par des moyens détournés à accepter ce que j’aurais pu accepter il y a 5 ans déjà. Sauf que je n’avais pas le niveau de conscience nécessaire. C’est comme être aveugle et ne pas voir ce qui sous votre nez ! Ce sont mes passions pour le développement personnel, le potentiel humain et le bien-être qui m’ont fait franchir des paliers de conscience au gré de mes apprentissages et expérimentations.

Aujourd’hui, je suis là où je dois être et mon parcours de vie va se poursuivre vers là où c’est le mieux pour moi. Je cerne ce dont il s’agit mais laissons la vie œuvrer. A moi de saisir les opportunités qui ne vont pas manquer de se présenter.

Une première action à faire…

Vous voulez aider des gens dans votre entourage. Vous pensez que ce que vous venez d’apprendre leur sera utile.  Sentez-vous libre de partager cet article :

, ,

VOUS AIMEZ CE QUE VOUS LISEZ?

Saisissez votre adresse mail ci-dessous. Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir gratuitement mon guide " 50 idées pour fluidifier votre vie dès aujourd'hui". En bonus, suivez-moi dans mon voyage de 8 mois pour changer de vie !

Comments are currently closed.

Translate »