Full Power Potentiel©

Free Access Education : http://www.mindapzz.com/MA58418

The Prosperity Factor

Livre Best-Seller The Prosperity Factor de Joe Vitale & Murielle Bocquin. Maintenant disponible sur www.muriellebocquin.com!

Après la publication de son premier livre « Lettre à ma fille Jennifer » aux Editions Edilivre, Murielle Bocquin est co-auteur du livre « The Prosperity Factor », en langue anglaise, fruit de sa collaboration avec l’auteur de best-sellers et star internationale, Joe Vitale!

The Prosperity Factor

Reconnectez-vous à l'Amour, l'Abondance et la Prospérité!

La liberté entrepreneuriale, c’est quoi ?

Temps de lecture : 10 minutes.

liberté_entrepreunarialePhoto de Josh

Développement personnel : la liberté entrepreneuriale, c’est quoi ?

Cher lecteur, chère lectrice,

Savez-vous ce qu’est la liberté entrepreneuriale ? Avez-vous déjà songé à sortir du système du salariat ? Rêvez-vous d’organiser vos journées différemment ? Souhaitez-vous travailler moins et plus efficacement ? Vous êtes-vous déjà interrogé sur la pertinence d’une de vos journées de travail type ? Vous êtes-vous déjà dit qu’on peut faire différemment que ce que tout le monde fait ? Bienvenue dans cet article pour une initiation à la liberté entrepreneuriale. Après vous, cher lecteur et chère lectrice.

Bien avant la liberté entrepreneuriale ……

Comme beaucoup d’entre vous, je suis née dans une famille et mes parents se sont occupés de mon éducation dès mon plus jeune âge. Ils m’ont inculqué des valeurs comme la politesse, le respect, l’honnêteté, la simplicité, la ponctualité. Pendant mes toutes premières années de vie, j’ai grandis dans le sillon de mon frère, mon aîné de moins d’un an. C’était tout aussi « sport » pour nos parents que s’ils avaient eu des jumeaux. Je suis née dans une famille financièrement modeste et où l’argent n’était pas même tabou car il n’y en a pas. Nous n’en parlions pas. J’ai entraperçu la notion d’argent quand mes parents ont divorcé et quand j’ai obtenu une bourse pour aller à l’Institut Universitaire de Technologie d’Annecy. Par contre, ne pas parler d’argent, ne signifie pas manquer de quelque chose. Certes, je n’avais pas d’argent de poche mais mes parents m’ont fournis une belle éducation, qui fait que je suis qui je suis aujourd’hui.

Puis, je suis allée à l’école. J’ai d’ailleurs réussi ce tour de force d’être rétrogradée du cours préparatoire à la troisième année de maternelle. Avouez que ce n’est pas courant ! Ceci au jeu de mon âge et de mes lieux de résidences successifs, une commune de campagne de petite taille sans maternelle puis une ville de 10 000 habitants avec maternelle. J’ai reçu mon éducation scolaire comme vous tous et elle se résume à « Travaille dur quand tu seras grand pour recevoir un salaire et avoir une retraite à 60 ans ». Le message véhiculé ne me rapproche pas de la liberté entrepreneuriale. Ajouté à cette recette deux grosses pincées de timidité et de réserve. Autant dire que l’idée d’entreprendre pour gagner de l’argent par moi-même ne m’a pas effleurée l’esprit. Je n’ai pas été préparée à cela, ni par mes parents ni par le système d’éducation scolaire. Et c’est ainsi pour tout le monde ou presque.

Quand je repense à mes jeunes années, je me rends compte que j’ai entrevu à plusieurs reprises une percée de ciel bleu azur en direction de l’entrepreneuriat. Quand j’étais petite et que j’allais passer quelques jours chez mon oncle et ma tante, c’était la vie de château pour moi et je me sentais comme un poisson dans l’eau. Mon oncle était entrepreneur mais ça je n’en étais pas consciente. Ce que je ressentais à l’époque et qui est imprégné en moi, c’est le bien-être de vivre quelques jours dans une villa entretenue, avec une belle pelouse et de dormir dans une belle chambre avec mon adorable cousine. Comme un poisson dans l’eau !

Mon entrée dans la vie active…….

C’est donc avec une éducation inverse à la liberté entrepreneuriale que j’entre dans la vie active. Avec le recul, le meilleur du pire m’est arrivé. Le pire étant de rentrer dans le monde du salariat et de son salaire capé à la fin du mois, et le meilleur fut de rentrer à l’armée. Enfant, j’étais garçon manqué, je jouais aux billes et aux petits soldats, je fabriquais des fusils en bois et j’avais l’esprit d’aventure en partant me balader des matinées entières dans la campagne. Entrer à l’armée m’est venu intuitivement, d’un coup d’un seul. Et c’était la parfaite réponse pour être autonome, avoir un toit au-dessus de la tête, être nourri et avoir un lit où dormir. Mon premier salaire est venu un peu plus tard, une fois ma formation militaire en écoles terminée. Aujourd’hui, j’ai conscience que dans mon malheur de ne pas être au contact de la liberté entrepreneuriale, intégrer l’école des sous-officiers d’active de Saint-Maixent-l’Ecole était une bénédiction.

Je vais effectuer pendant 20 ans une carrière où la vie va être incroyable avec moi. Avec le recul et la conscience des choses que m’apporte mon développement personnel, je constate que la vie fait au mieux pour son jeune Padawan. Réfléchissez-y par rapport à votre propre parcours. Alors que je n’ai pas la moindre prédestination à réaliser une carrière militaire en tant que spécialiste informatique, c’est pourtant cette carrière là que je vais faire. Je vais gravir tous les échelons professionnels, tant sur le plan des grades que dans la spécialité informatique. Tour à tour et sans anicroche, j’évolue de programmeur à analyste-programmeur, puis à administrateur de réseaux informatiques, puis à chef du bureau management des systèmes d’informations et enfin à chef du service informatique à l’international. Le tout en fluidité, comme si la vie s’était chargée de graisser les rouages. Car à chaque changement de métier, je suis mise devant le fait accompli. C’est le milieu militaire qui veut ça et pour ce qui est d’être nommée du jour au lendemain à un poste avec toute la confiance de votre chef, l’armée est championne et faire grandir ses jeunes pousses sans leur laisser le temps de gémir ne serait-ce qu’une seconde. C’est ce que je retiens pour ma part. Une véritable leçon de « comment bien gérer le changement ».

Et pourtant, je m’entends encore me dire à 17 ans, une fois mon baccalauréat en poche : « Jamais, je ne ferai d’informatique ! ». Ce que j’ai appris depuis que je vis en conscience, c’est que le mieux pour nous est d’aller justement où nous ne voulons pas aller parce que nous en avons peur, parce que c’est hors de notre zone de confort. C’est là que se trouve notre marge de progrès, hors de notre zone de confort.

Par contre, pas encore de liberté entrepreneuriale en vue pour moi mais n’oublions pas que la vie est magique.

La liberté entrepreneuriale se rapproche…….

Je continue à évoluer dans ma vie professionnelle de façon fluide. Après 20 ans de carrière, je décide de me reconvertir. Je quitte l’armée et je bascule dans la fonction publique. Je passe donc du salariat au salariat. Flûte, encore raté pour la liberté entrepreneuriale ! Sauf que la vie me fait un joli cadeau dont je n’ai pas conscience en cette année 2010. En quittant l’armée au bénéfice de la loi 4139-2, je suis mise en position de retraite à jouissance immédiate. Ce qui signifie que je perçois mensuellement à 39 ans ma retraite militaire partielle. J’augmente mes revenus de 50% ! Par contre, je n’ai pas conscience que je peux prendre ma « retraite dorée » à 39 ans en allant m’installer dans un pays où la vie est moins chère comme le Maroc ou la Thaïlande. A 39 ans, je suis imprégnée par mon éducation parentale et scolaire. Mon cerveau raisonne en « je dois travailler et je dois percevoir un salaire à la fin du mois ». Pas de conscience, pas d’échappatoire ! Me voilà donc reparti dans le système du salariat bien qu’en retraite. Oups.

Cependant la vie va continuer à m’envoyer des signaux. En janvier 2011, je ressens le besoin de prendre du recul par rapport à ma spécialité informatique dont j’ai fait le tour. Je suis comme un hamster dans sa roue, vous voyez ? Si je ne vis pas en conscience, je sais écouter mon intuition. Je décide donc de prendre du recul en Guyane et hors spécialité informatique. La liberté entrepreneuriale se rapproche.

La liberté entrepreneuriale prend forme…….

En Guyane, lors de mon séjour de trois ans, j’ai eu une prise de conscience salutaire par rapport à la relaxation et j’ai fait mon entrée dans le domaine du développement personnel. Ce fût au prix d’une mise à terre, d’un épuisement physique. J’ai testé sans le vouloir combien de temps cela prend pour épuiser mon corps au point de m’allonger par terre le moment venu d’aller faire ma séance de sport. La vie a utilisé le climat équatorial pour me montrer la voie. Cela montre qu’un bas dans votre vie est ce qu’il vous arrive de mieux car la vie vous enseigne une magnifique leçon malgré vous. J’ai de la gratitude pour la vie. J’ai mis un an à épuiser mon corps en faisant des activités sans relâche et en ne le laissant pas récupérer. Allongée par terre et en moins de 5 minutes, la vie m’a révélée que je pouvais être relaxée. Une première intervenue à 41 ans. Tout est possible !

Cette prise de conscience anodine va m’ouvrir les portes de l’esprit d’entreprendre. Je vais me consacrer à ma nouvelle passion, le développement personnel. J’y consacre tout mon temps libre du jour au lendemain. Toutes les soirées, tous les week-ends et tous mes congés sont rentabilisés. Je lis, je lis beaucoup, je vais en stage, j’assiste à des formations courtes ou longues, en présentiel ou sur internet, je travaille sur moi, j’expérimente, je vais en séminaire et depuis trois ans, je le fais en plus d’être salarié à temps plein et d’être retraitée. J’entreprends chaque jour, je suis entrepreneur ! La liberté entrepreneuriale pointe le bout de son nez, enfin !

La liberté entrepreneuriale pointe le bout de son nez…

Aujourd’hui alors que j’écris ces lignes, j’ai pris une décision qui va impacter ma vie. Elle n’a pas été facile à prendre car je suis sortie de ma zone de confort en allant là où cela fait peur d’aller. Je change de style de vie. Je quitte le salariat pour la liberté entrepreneuriale. C’est-à-dire vivre le style de vie que j’ai choisi et m’ouvrir les portes de sources de revenus autres qu’un salaire versé à la fin du mois, capé. C’est le prix à payer, dans mon cas, pour accéder à la liberté entrepreneuriale. Cela passe par un subtil mélange : m’autoriser à démissionner de mon emploi et non pas me mettre en disponibilité, m’autoriser à prendre ma retraite dorée au Maroc et m’autoriser à me gérer dans le temps et à gérer mon temps comme je l’entends. Bref, prendre les commandes de ma vie! Etre le capitaine de mon vaisseau.

Cela demande une double compétence : tout à la fois rêver grand et avoir les pieds sur terre. C’est la maîtrise de ces deux concepts qui m’ouvrent les portes de la liberté entrepreneuriale. Ouverture prévue officiellement le 01 septembre 2015.

Ce que vous devez retenir….

Qu’en est-il pour vous ? Prenez le temps de réfléchir à votre enfance, votre éducation, votre scolarité et votre vie actuelle. Etes-vous là où vous souhaitez être aujourd’hui ? Vous sentez-vous bien là où vous êtes ? Avez-vous des manques à combler ? Avez-vous des choses à réaliser ? Etes-vous frustré ? C’est le bon moment pour vous questionner, faire un bilan, en tirer des conclusions et pour les plus volontaires pousser jusqu’à un plan d’action. Go, go, go pour la réflexion ! Maintenant ! Prenez une feuille et un stylo et faites votre bilan !

Pour aller plus loin….

Pour faire un tout premier pas vers votre développement personnel ou vous ouvrir de nouveaux horizons, vous pouvez télécharger l’e-book gratuit « 50 idées pour fluidifier votre vie dès aujourd’hui !» mis à votre disposition sur ce blog. Fluidifier sa vie signifie bien gérer vos périodes de changement. Cet ebook mis à votre disposition contient 65 références de livres pour vous guider dans vos choix et peut-être une prise de conscience salutaire !

Vous pouvez aussi regarder les deux vidéos dont les liens figurent ci-dessous et qui sont issues de ma chaîne Youtube. Temps de visionnage : 19 minutes.

#72 Développement personnel : la liberté entrepreneuriale 1/2 (durée = 9’25)

#73 Personal developement : Entrepreneurial freedom 2/2 (durée = 9’38)

VOUS AIMEZ CE QUE VOUS LISEZ?

Saisissez votre adresse mail ci-dessous. Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir gratuitement mon guide " 50 idées pour fluidifier votre vie dès aujourd'hui". En bonus, suivez-moi dans mon voyage de 8 mois pour changer de vie !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Translate »